Microvision Softech Solution Pvt Ltd

Devoir: du latin debere (etre oblige envers quelqu’un, etre redevable a quelqu’un de quelque chose. Cf. l’idee de dette)

Devoir: du latin debere (etre oblige envers quelqu’un, etre redevable a quelqu’un de quelque chose. Cf. l’idee de dette)

Substantif : l’obligation morale consideree en elle-meme, independamment des applications

Chez Kant : necessite d’accomplir une action, via pur respect pour la loi morale

Donc le devoir designe une action en tant qu’elle reste non juste justifiee, et exigible d’un avis moral. En ce sens, le devoir se distingue d’la contrainte puisqu’il n’est gui?re le reaction automatique a une pression exercee dans la volonte mais l’expression d’une obligation concue et acceptee comme telle via ce thi?me agissant.

Le devoir, en fonction de Kant, exige l’obeissance inconditionnelle a Notre loi d’une raison commode, loi qui requiert que tout individu agisse conformement a des regles qui puissent etre reconnues et acceptees par tout etre raisonnable, c’est-a-dire tout etre humain. Agir avec devoir n’implique aucune consideration du but de l’action, ni meme des consequences Afin de soi ou pour des autres : il s’agit seulement de soumettre sa « maxime » (principe de determination en volonte en tant qu’il est subjectif, c’est-a-dire valable seulement Afin de la volonte du sujet, une regle subjective de conduite) au critere de l’universalisation donne par la raison fonctionnel. Agir moralement, c’est donc agir par respect pour la loi morale, et cela suppose d’obeir a J’ai raison.

Desobeir (suivant le Petit Robert) :

1° ne pas obeir a quelqu’un en refusant d’effectuer ce qu’il prends ou en faisant votre qu’il defend cf. s’opposer, se rebeller, resister, se revolter

2° par extension : ne pas obeir a la loi ou a 1 ordre cf. contrevenir, enfreindre, transgresser, violer

Et cela renvoie a obeir : etre se mettre aux ordres d’un maitre cf. ecouter, se soumettre

Obeir, c’est aussi se plier a cela est impose avec autrui ou par soi-meme, etre soumis a Notre volonte de quelqu’un d’autre, et cela renvoie a l’idee d’alienation, d’absence de liberte, sauf si la soumission est volontaire.

Un modi?le : kasidie Eichmann (Cf. Arendt, Eichmann a Jerusalem. Rapport concernant la banalite des difficultes 1963)

Par « devoir » Eichmann resta fidele a toutes les ordres d’Hitler et tenta, via tous les moyens, d’executer la « solution finale » jusqu’au bout. Sans compter que, il sidera ses juges en affirmant que toute sa life, il avait vecu suivant les preceptes moraux de Kant, ainsi, particulierement selon la definition que Kant donne du « devoir ». Si l’on confond les ordres de Hitler avec une loi universelle, il est effectivement possible de denaturer les preceptes moraux de Kant… Ce soir affirme Indeniablement que la loi devra s’appliquer aux hommes sous la forme d’un imperatif (imperatif categorique). Et comme Kant ne definit jamais la loi morale par rapport i  ses consequences, mais seulement par rapport i  l’intention qui y preside (savoir si elle est universalisable ou pas), il definit avec la-meme la vertu comme stricte obeissance au devoir. Or Eichmann n’a-t-il gui?re agi par pure obeissance au devoir ?

Ou l’on voit que le raisonnement d’Eichmann reste specieux : il omet J’ai derniere partie de l’exigence kantienne. Indeniablement, s’il faut agir de telle sorte que la maxime de le action puisse etre etablie en loi universelle, c’est-a-dire admise et appliquee avec l’integralite des etres humains, encore faut-il que ce soit sans aboutir a des contradictions ou des non-sens. Exemple : je ne peux jamais dire : « le meurtre reste moral » quand c’est moi qui tue et « immoral » quand ce paraissent les autres qui cherchent a me tuer… De meme en ce qui concerne le vol ou le mensonge. Voler, c’est prendre le bien d’autrui, sa propriete. Or un monde dans lequel n’importe qui vole est un monde sans propriete (comment parler de propriete si tout le monde peut prendre bien votre qu’il veut ?). Et un monde sans propriete est un monde ou le vol est impossible…. D’la meme maniere, votre monde ou tout un chacun ment est un monde proprement absurde, puisque mentir pourrait etre donner la bonne reponse, le mensonge se definissant Effectivement tel dit le contraire d’la verite. Donc le propre de l’action immorale reste qu’elle n’a de sens que dans un monde ou tout le monde ne la commet gui?re, car cette dernii?re reste non universalisable. Et Eichmann ne pourra se prevaloir de Kant Afin de justifier sa conduite.

Questionnement d’la question

Et cela est presuppose, c’est que la desobeissance ne constitue nullement un devoir, parce qu’elle serait contraire au droit ou a la morale. Ainsi, l’enfant qui n’est pas sage, c’est celui qui desobeit a ses parents ou tuteurs. Il s’expose donc a etre puni, “parce que i§a n’est jamais bien de desobeir”!

Ainsi, desobeir a Notre loi ne va constituer 1 devoir, car votre loi est celle qui garantit le vivre-ensemble, c’est-a-dire, selon l’expression de Kant, la coexistence des libertes.

Mais doit-on, Afin de autant, i  chaque fois obeir a ses parents ? J’ai desobeissance ne peut-elle constituer une voie vers la liberation, par rapport a une tutelle vecue comme une contrainte insupportable ?

Ainsi, n’a-t-on jamais un devoir de resistance et donc de desobeissance a l’egard de toute loi que l’on juge inique ou injuste ? Antigone, de votre avis, n’est-elle jamais exemplaire ?

Henri Thoreau, avec son Essai sur la Desobeissance civile, publie en 1845, ne peut-il servir de qualite, ici ?

Rappelons aussi que la Declaration des droits de l’homme et du citoyen, de 1789, considere la resistance a l’oppression tel un des droits fondamentaux d’la personne humaine.

Dans la meme veine, un tract d’une resistance, pendant la derniere guerre mondiale, n’ecrivait-il pas : « La desobeissance reste le plus sage des devoirs » ? Pour le sens, n’y a-t-il nullement une resistance et donc une desobeissance legitimes ?

La loi republicaine a pour seule fonction de garantir les libertes et c’est en ce sens que l’obeissance a la loi pourra constituer un devoir. Mais si votre aussi loi trahit sa fonction, c’est-a-dire se revele etre injuste ou alienante, voire tyrannique ou facteur d’oppression, la resistance a une telle loi ne constitue-t-elle pas le premier devoir du citoyen ?

En resume, lorsque la loi remplit sa propre fonction (l’assurance des libertes individuelles et le respect de celles-ci), l’obeissance a Notre loi constitue un devoir. Mais Quand le i?tre capable de utilise la loi a son seul profit, c’est-a-dire pour s’accroitre au va parfois i?tre tyrannique ou facteur d’oppression, aussi c’est la resistance a Notre loi et aux forces de l’Etat qui devient le plus fondamental des devoirs.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

back to top